ArcheoRoma / Sites / Basilique Saint-Pierre

Basilique Saint-Pierre

Basilique Saint-Pierre

La Basilique papale de Saint-Pierre au Vatican est la plus grande de toutes les églises chrétiennes du monde et l’œuvre la plus célèbre de l’architecture de la Renaissance.

  • Lieu :
    Place St Pierre

  • Construit par :
    Bramante, Michel-Ange, Carlo Maderno, Gian Lorenzo Bernini entre 1506 et 1626 après J.-C.

  • Ce qu'il faut voir :
    Basilique, baldaquin du Bernin, coupole, Pietà de Michel-Ange

  • Ouverture :
    Tous les jours, de 7 h à 18 h 30

  • Prix :
    Entrée gratuite à la basilique

  • Transport :
    Station de métro : Ottaviano 960 m.

Basilique Saint-Pierre: la basilique Saint-Pierre au Vatican
La majestueuse coupole de Michel-Ange sur la façade de la Basilique papale

Meilleurs billets

Visite guidée de la basilique Saint-Pierre au Vatican

à partir de 27 €

Roma Pass : la carte officielle pour les bus et les musées

à partir de 35 €

Rome Pass
Rome Tourist Pass : le billet cumulatif pour les touristes à Rome

à partir de 85 €

Rome Tourist Pass
Vatican City Pass : le billet cumulatif pour le Vatican

à partir de 57 €

Vatican City Pass

Saint Pierre, le grand apôtre, a été crucifié et enterré dans le cirque de Caligula, lors de la féroce persécution des chrétiens par Néron. L’empereur considérait les chrétiens comme responsables de l’incendie de Rome en 64 après JC. Saint Pierre est considéré comme le premier pape, par conséquent pour le gouvernement papal, le lieu de son martyre était idéal pour ériger le sanctuaire principal de l’Église catholique.

Histoire de la Basilique

La première Basilique

À cet endroit, sur la colline du Vatican et au-delà du Tibre, en 318 après JC, l’ empereur Constantin décida de construire une grande basilique en l’honneur de l’apôtre Saint-Pierre, connue sous le nom de basilique constantinienne . La construction a commencé entre 319 et 322, consacrée en 326 après J.-C. et s’est finalement terminée vers 349. L’ancienne basilique de Constantin est restée debout jusqu’à l’époque du pape Paul V , lorsqu’elle a été définitivement démolie.

Après une période d’abandon qui dura 1200 ans, ce n’est qu’en 1506 que le pape Jules II confia à Donato Bramante le projet de la nouvelle et actuelle basilique Saint-Pierre. L’ambition sans bornes du pape Jules II pour lui-même et pour la papauté a lancé la construction de l’église la plus grandiose et la plus célèbre du monde, où ont travaillé de grands artistes tels que Michel-Ange, Antonio da Sangallo, Carlo Maderno et  Gian Lorenzo Bernini.

La nouvelle Basilique

Basilica di San Pietro in Vaticano, Prospetto Frontale

Bramante a proposé une énorme structure de plan central en forme de croix grecque enfermée dans un carré avec un immense dôme au-dessus du centre. En 1506, la première pierre de la nouvelle basilique est posée ; les travaux ont duré plus d’un siècle.

Bramante a été remplacé comme architecte en chef par Raphaël , et quand Raphaël est mort, Michel- Ange a pris sa place et a conçu le dôme que nous voyons aujourd’hui. Michel-Ange et Raphaël ont tous deux apporté des modifications concrètes au projet initial.

Au moment de la mort de Michel-Ange en 1564, seul le tambour du dôme avait été construit qui fut achevé en 1590 par Giacomo della Porta . À la demande du pape Paul V, l’imposant édifice fut encore agrandi par Carlo Maderno dans un projet avec un plan en croix latine authentique, qu’il enrichit ensuite avec la façade en 1614.

L’église fut finalement reconsacrée en 1626 par le pape Urbain VIII , exactement 1300 ans après la consécration de la première église. Depuis lors, la basilique Saint-Pierre est le centre du christianisme, la destination spirituelle des pèlerins et des touristes du monde entier qui visitent l’église chaque année.

Le bâtiment lui-même est vraiment gigantesque. Elle a une nef de 211,5 mètres de long (y compris le narthex) et le dôme mesure 42 mètres de diamètre pour atteindre 132,5 mètres de hauteur. Une fois à l’intérieur de la basilique, on est littéralement essoufflé en admirant sa magnificence et les chefs-d’œuvre absolus qui y sont conservés.

Description

Mappa delle Opere della Basilica di San Pietro (Planimetria)

Le bâtiment est d’une taille considérable. Elle possède une nef longue de 211,5 mètres (y compris le narthex) et atteint 132,5 mètres de hauteur grâce au dôme, pour une superficie totale d’environ 23 000 mètres carrés.

Il compte au total 45 autels et 11 chapelles, où se trouvent un grand nombre d’œuvres d’une valeur historique et artistique inestimable.

Façade de San Pietro

Longueur 114,69 m
Hauteur 54,44 m

Les travaux ont été commencés en 1607 puis achevés par l’architecte Carlo Maderno en 1614. Modifiant la conception originale proposée par Michel-Ange, le projet de Carlo Maderno place les gigantesques colonnes contre la façade plutôt que devant le bâtiment.

Il mesure 115 mètres de large sur 54 mètres de haut ; un ordre de colonnes et de piliers corinthiens soutient une corniche grandiose avec un tympan central, entouré d’une balustrade majestueuse avec treize statues. Sur l’entablement une inscription rappelle les circonstances de la construction sous le pontificat du pape Paul V Borghese (1605-1621) :

« IN HONOREM PRINCIPIS APOST PAVLVS V BVRGHESIVS ROMANVS PONT MAX AN MDCXII PONT VII »

(trad. En l’honneur du prince des apôtres; Paolo V Borghese Pontife Massimo Romano année 1612 septième année du pontificat)

Au-dessus de l’entrée centrale se trouve la fenêtre dite « Loggia delle Benedizioni » , où le Souverain Pontife donne sa première bénédiction « Urbi et Orbi » (à la ville et au monde) à Noël, Pâques et son élection .

Carlo Maderno: qui est l’architecte qui a construit la façade de San Pietro

Carlo Maderno (1556 – 1629), a vécu son enfance à Capolago, en Suisse. Démontrant de grandes compétences en architecture dès son plus jeune âge, il est confié à Carlo Fontana, architecte. Cela a permis à l’enfant de s’essayer à d’importants chantiers de construction qui lui ont donné la renommée et la citoyenneté romaine (par exemple la façade de l’église de Santa Susanna). En 1603, il remporte l’appel d’offres pour la réalisation du complexe Michelangelo et de la façade de San Pietro. Il a terminé le dôme de Saint-Pierre sur des dessins de Michel-Ange.

Le portique : l’entrée de la basilique Saint-Pierre

Pianta delle porte e statue del portico della basilica di San PietroLe porche s’étend sur tous les 115 mètres de la lumière de la façade. On y accède depuis le portail central de la façade et permet d’accéder à la basilique par 5 portes.

Les portes de la basilique

Il y a cinq portes qui permettent d’accéder à la basilique :

  • Porte de la mort, construite en 1964 par Giacomo Manzù. Porte utilisée pour les cortèges funèbres
  • Porte du bien et du mal, créée par Luciano Minguzzi entre 1970 et 1977
  • Porte centrale / Porta del Filarete , construite par Antonio Averulino dit Filarete entre 1439 et 1445
  • Porte des sacrements, construite par Venanzo Crocetti en 1965
  • Porta Santa , réalisée par Vico Consorti en 1950
La porte sainte

Parmi les milliers de portes saintes à travers le monde (le nombre exact n’est pas connu), celle de Saint-Pierre est la plus importante, mais pas la première. La porte sainte de la basilique Saint-Pierre remonte à 1500, tandis que le seuil de San Giovanni in Laterano remonte à 1423.

En lisant l’Ancien Testament (Ezéchiel 46, 1-3), la Porte Sainte est le « lieu par lequel l’homme passe pour rencontrer Dieu ».

L’ouverture de la Porte Sainte est un rite fondamental du Jubilé , qui représente l’offre d’un « chemin extraordinaire » vers le salut.

La nef centrale

Pianta della navata centrale della basilica vaticana

Immédiatement à l’intérieur de la porte centrale se trouve une grande dalle ronde de porphyre dans le sol. Ici , Charlemagne et d’autres empereurs romains se sont agenouillés pour
leur couronnement.

Extraordinairement raffinée est la conception du sol en marbre, œuvre de  Gian Lorenzo Bernini pour le jubilé de 1650, ainsi que les décorations de la nef. L’intérieur des piliers qui séparent la nef centrale des bas-côtés présentent des niches remplies de statues des  saints fondateurs ; la nef culmine dans une riche voûte en berceau et se termine derrière le colossal Baldacchino aux colonnes torsadées du Bernin dans la monumentale Chaire de Saint Pierre .

Statues dans la nef principale

Dans la nef centrale, nous trouvons :

  • Statues de sainte Thérèse de Jésus et de sainte Madeleine Sofia Barat [73]
  • Statues de saint Vincent de Paul et de saint Jean Eudes [75]
  • Statues de San Filippo Neri et San Giovanni Battista de La Salle [77]
  • Monument à Innocent XI [76]
  • Statues de saint Camille de Lellis et de saint Louis Maria Grignon De Montfort [74]
  • Statue de saint Jean Bosco [42]

L’allée droite

Pianta della navata destra della basilica di San Pietro

Dans le couloir latéral droit on trouve, en partant du bas :

  • Chapelle de la Pietà [9]
  • Monument à Léon XII [10]
  • Monument à Christine de Suède [11]
  • Monument à Pie XII [12]
  • Chapelle de San Sebastiano (Tombe d’Innocent XI) [13]
  • Monument à Pie XI [14]
  • Monument à Innocent XII [15]
  • Monument à Mathilde de
    Canossa [16]
  • Chapelle du Saint-
    Sacrement [17]
  • Monument à Grégoire XIII [18]
  • Monument à Grégoire XIV [19]

La Pietà de Michel-Ange

Dans la première chapelle à l’intérieur de la basilique, à droite, se trouve l’extraordinaire Pietà de Michel-Ange, le premier chef-d’œuvre créé par le maître de la Renaissance à seulement vingt-deux ans. Il est considéré comme l’un des chefs-d’œuvre absolus parmi les œuvres d’art que l’Occident ait jamais conçues.

Le groupe en marbre a été commandé par le cardinal français Jean de Bilhères de La Groslaye , ambassadeur de Charles VIII auprès du pape Alexandre VI, et était destiné à sa propre sépulture dans l’église de Santa Petronilla. Dès que les travaux ont été achevés, grâce à la grande admiration et au succès rapide, il a été décidé de les localiser à San Pietro.

Pietà di Michelangelo. Basilica di San Pietro in Vaticano
La Pietà di Michelangelo, 1497-99

L’une des curiosités de cet ouvrage est qu’il est le seul à être signé du génial Maestro ; sur l’épaulette tenant le manteau de la Vierge on trouve écrit : MICHEL.A [N] GELVS BONAROTVS FLORENT [INVS] FACIEBAT (Michelangelo Buonarroti, Florentin, l’a fait). Réalisée en marbre de Carrare, elle fut la première d’une longue série d’œuvres sculptées avec cet excellent matériau par le sculpteur Michelangelo Buonarroti.

Les deux figures de Jésus et de la Vierge Marie créent une composition pyramidale dans leur pose dynamique, reliées par une grande draperie portée par la Vierge elle-même, qui repose sur un relief rocheux. La jeunesse de la figure féminine a suscité diverses critiques, réfutées par l’artiste lui-même qui dans l’œuvre a voulu représenter symboliquement la jeune femme lorsqu’elle a conçu le Christ.

En 1972, elle a subi un acte de vandalisme, qui a causé d’importants dégâts, notamment à la Vierge Marie. Une restauration délicate a ensuite été effectuée.

Le couloir de gauche

Pianta della navata sinistra di San Pietro in Vaticano

Dans l’allée latérale gauche on trouve, en partant du bas :

  • Baptistère
  • Monument à Maria Clementina Sobieski
  • Monument aux Stuarts
  • Monument à Benoît XV
  • Chapelle de la Présentation
  • Monument à Jean XXIII
  • Monument à Pie X
  • Monument à Innocent VIII
  • Chapelle du chœur
  • Autel de l’Immaculée Conception
  • Monument à Léon XI
  • Monument à Innocent Xi

 

Le déambulatoire

Déambulatoire inférieur

Statue, cappelle e altari dell'ambulacro inferiore della basilica di San PietroDans le déambulatoire inférieur (ou clinique) on trouve :

  • Monument à Pie VIII (Porte de la Sacristie) [54]
  • Autel du Mensonge [55]
  • Autel de San Gregorio [56]
  • Monument à Pie VII [57]
  • Chapelle Clémentine [58]
  • Autel de la Transfiguration [59]
  • Autel de Saint Girolamo (tombeau de Jean XXIII) [20]
  • Chapelle grégorienne [21]
  • Monument à Grégoire XVI [22]
  • Autel de Notre-Dame du Secours [23]
  • Monument à Benoît XIV [24]
  • Autel de Saint Basilio [25]

Déambulatoire supérieur

Monumenti, cappelle ed altari dell'ambulacro superiore della basilica di San PietroDans le déambulatoire supérieur (ou clinique) on trouve :

  • Autel du Navire [31]
  • Monument à Clément XIII [32]
  • Autel de Saint Michel Archange [33]
  • Autel de Sainte Petronilla [34]
  • Monument à Clément XIII [35]
  • Autel de Saint-Pierre ressuscitant Tabita [36]
  • Monument à Alexandre VIII [42]
  • Autel de saint Pierre guérissant le paralytique [43]
  • Chapelle de la Vierge de la Colonne [44]
  • Autel de Saint Léon le Grand [45]
  • Autel de la Vierge de la Colonne [46]
  • Monument à Alexandre VII [47]
  • Autel du Sacré-Cœur [48]

Le transept

Basilica di San Pietro - Statue e altari del transetto

Alors que dans le projet de l’époque constantinienne, le transept était une croix de commissariat (c’est-à-dire avec le transept placé au sommet des bas-côtés), dans le projet actuel de Michelangelo Buonarroti, il s’agit d’une croix immissa , coupant perpendiculairement le bras longitudinal de la basilique.

Il est divisé en le transept nord, qui est le bras qui s’étend vers les palais du Vatican et le transept sud, qui s’étend vers la sacristie.

Transept nord

Dans le transept nord on trouve (dans le sens des aiguilles d’une montre) :

  • Statues de Saint Pietro Nolasco et de Sainte Luisa di Marillac [53]
  • Autel de la Crucifixion de Saint-Pierre [52]
  • Autel de Saint Joseph [51]
  • Autel de Saint Thomas [50]
  • Statues de Saint Norberto et San Guglielmo [49]

Transept sud

Dans le transept sud on trouve (dans le sens des aiguilles d’une montre) :

  • Statues de Saint Giuseppe Calasanzio et Saint Bonfiglio Monaldi [30]
  • Autel de Saint’Erasmo [29]
  • Autel du Très Saint Procès et Martinien [28]
  • Autel de Saint Venceslas [27]
  • Statues de saint Jérôme Emiliani et de sainte Jeanne Antida Thouret [26]

Confession

Confessionale, Altare Papale e Tomba di San Pietro: piantaSous le dôme se trouve la confession, généralement utilisée pour accueillir et conserver les reliques. La confession de la basilique Saint-Pierre accueille le tombeau de Saint-Pierre.

Grâce à la volée d’escaliers en miroir accessible par une porte en bois, on descend dans un creux en hémicycle délimité par des balustrades en brocatelle alternant avec des piliers décorés d’albâtre oriental et de marbre noir et blanc. La polychromie adoptée dans le marbre des murs et des sols embellit l’ouvrage, qui est l’un des plus intéressants pour sa minutie dans l’utilisation des pierres semi-précieuses du XVIIe siècle.

Tombeau de Saint-Pierre

Grâce à une série d’explorations archéologiques entreprises dans les premières années de la papauté par le pape Pie XII Pacelli (1939-1958) dans la zone du confessionnal, il a été possible de mettre au jour une nécropole romaine datant du IIIe siècle qui occupait une zone à côté du cirque de Néron (où se sont déroulées les féroces persécutions contre les chrétiens pendant sa régence).

Pour être précis, sur le versant sud de la colline du Vatican, où ont été retrouvés un petit sanctuaire funéraire appelé  » Trophée de Gaius  » et une tombe entourée d’un mur de respect (le  » mur rouge « ) couvert de graffitis chrétiens. Une inscription en grec avec le nom de Pierre (« petr [os] enì », Pierre est ici) a convaincu l’archéologue Margherita Guarducci et le Vatican d’identifier avec certitude qu’il s’agissait de la tombe de Saint Pierre.

Prenant ces conclusions comme historiquement vraies, les ossements de saint Pierre se trouvent aujourd’hui dans un boîtier en plexiglas de la confession, placé sur la projection verticale parfaite du centre du dôme.

Les œuvres autour de la Confession

Dans la zone entourant la Confession, exactement entre les 41,55 mètres de diamètre du dôme, il y a une série d’œuvres remarquables à visiter :

  • Statue de Saint Jean Bosco [78]
  • Statue en bronze de Saint-Pierre (Arnolfo di Cambio) [79]
  • Statue de Saint Longino [91]
  • Statues de Saint Gaetano Thiene et de Sainte Francesca Saverio Cabrini [90]
  • Statues de Saint Bruno et de Saint Paul de la Croix [89]
  • Statue de Sainte-Hélène [88]
  • Statues du prophète Elie et de Saint François de Sales [87]
  • Statues de Saint Benoît et Saint François de Rome [85]
  • Statue de Sainte Veronica [84]
  • Statues de Sainte Giuliana Falconieri et Saint’Angela Merici [83]
  • Statues de Saint Jean de Dieu et de Sainte Marie Euphrasie Pelletier [82]
  • Statue de Saint’Andrea [81]
  • Statues de Saint François de Paule et de Saint Pierre Fournier [80]

L’autel papal

L’autel papal de la basilique Saint-Pierre est l’un des huit autels majeurs présents dans les basiliques papales et dans les basiliques pontificales de Lorette et de Padoue.

Basiliques abritant un autel papal :

  • Saint Pierre
  • Saint Jean de Latran
  • Sainte Maria Maggiore
  • Saint Lorenzo hors les murs
  • Saint Paul hors les murs
  • Basilique inférieure de San Francesco
  • Sainte Maria degli Angeli
  • Saint Antoine de Padoue
  • Sanctuaire de Loreto

L’autel papal de la basilique Saint-Pierre est situé au-dessus du confessionnal et au centre du plus célèbre Baldacchino di Saint-Pierre , conçu par Gian Lorenzo Bernini.

A l’origine c’était l’autel de Grégoire le Grand (590-604), puis remplacé par l’autel de Calixte II (1123) et enfin remplacé par l’actuel autel de Clément VIII de 1594. En marbre blanc veiné de gris, l’autel papal il a un front avec quatre colonnes qui encadrent trois panneaux sans décorations particulières.

Canopée de Saint-Pierre

Réalisé entre 1624 et 1633, le  Baldacchino di Saint-Pierre est une œuvre monumentale conçue par Gian Lorenzo Bernini . Elle fut confiée au sculpteur, architecte, peintre et urbaniste napolitain par le pape Urbain VIII, avant même de lui confier la direction des travaux de la basilique, qui eurent lieu à la suite du décès de Carlo Maderno au début de 1629.

Le projet majestueux consiste en une structure en bronze placée pour protéger et indiquer le tombeau de Saint-Pierre. Développé sur quatre colonnes torsadées caractérisées par des motifs naturalistes, il se termine par quatre volutes soutenues par des anges qui se courbent comme un dauphin et culmine avec le globe et la croix.

Colonnes d’auvent

L’ouvrage s’appuie sur quatre colonnes en spirale de 11 mètres de haut, dont les trois tronçons ont été fusionnés séparément :

  • section inférieure, avec rainures hélicoïdales
  • partie centrale et partie supérieure, décorées de branches d’olivier et de laurier, d’angelots, de lézards et d’abeilles voletantes (symbole de la famille Barberini)

Les colonnes s’inspirent du Temple de Salomon (premier temple juif de Jérusalem, daté de 960 av. J.-C.) et créent une continuité avec les colonnes torses de la pergula (ancienne basilique Saint-Pierre, confessionnelle). Je donne à l’œuvre un élan ascendant en direction du dôme de Michel-Ange.

Ils sont ornés d’éléments naturalistes en bronze tels que des branches de laurier et de laurier (en référence au talent poétique latin bien connu d’Urbain VIII), des abeilles (symbole de la famille Barberini, à laquelle appartenait le pape Urbain VIII) et des lézards (symbole de la renaissance et chercher Dieu).

Entablement et structure supérieure

Un entablement concave, typique de l’époque baroque, relie les quatre piliers de la verrière. De là partent quatre volutes à dos de dauphin, soutenant un globe d’or surmonté d’une croix. Le résultat est une apparence particulièrement légère et dynamique.

Aux quatre coins, il y a des statues d’anges, tandis qu’au-dessus des rideaux qui couvrent l’entablement, il y a des putti. Ces œuvres sont signées par l’un des plus grands représentants de l’architecture baroque : Francesco Borromini.

La contrefaçon historique du bronze recyclé du Panthéon

On lit souvent que le bronze utilisé pour les colonnes du dais de Saint-Pierre est le même retiré et coulé des poutres du pronaos du Panthéon. Le résultat fut même une  » pasquinata  » (acte d’accrocher des feuilles avec des satires piquantes dédiées aux personnalités publiques les plus importantes sur une statue du IIIe siècle trouvée en 1501), qui se lisait comme suit :

 » Ce que les barbares n’ont pas fait, les Barberini l’ont fait « .

On découvrit alors qu’en réalité les bronzes du Panthéon servaient à 90% à fabriquer 80 canons pour le Mausolée d’Hadrien, que peut-être une petite partie du bronze du Panthéon servait à la verrière (l’origine du bronze est vénitienne ) et que l’auteur de la pasquinata était Monseigneur Carlo Castelli, ambassadeur du duc de Mantoue.

Dôme de Saint-Pierre

Poids total Environ 14 000 tonnes
Hauteur extérieure (croix incluse) 133,30 mètres
Hauteur intérieure (du sol à la voûte de la lanterne) 117,57 mètres
Hauteur lanterne 18 mètres
Diamètre extérieur 49 mètres
Diamètre intérieur 41,55 mètres

Conçu par Michel-Ange, il a travaillé sur les travaux jusqu’à sa mort lorsque le bâtiment a été érigé jusqu’au tambour. Son élève Giacomo Della Porta prend la direction des travaux, élevant la voûte du dôme de 7 mètres pour l’achever en 1590. La lanterne en surplomb mesure 17 mètres de haut.
Ce chef-d’œuvre architectural a servi de modèle à d’autres dômes du monde occidental. Il s’agit notamment de ceux de Saint Paul à Londres (1675), des Invalides à Paris (1680-1691) et du Capitole à Washington (1794-1817).

Hauteur du dôme de Saint-Pierre

La hauteur depuis le sol du dôme de Saint-Pierre, si l’on considère également la croix, est de 133,30 mètres. Pour arriver à l’ascension du dôme, nous devrons gravir 537 marches.

Informations et contacts

Sainte Messe : Tous les jours, 8h30 (avec homélie dans la Chapelle du Saint-Sacrement ; la messe est suivie de l’exposition du Saint-Sacrement et de l’adoration jusqu’à 16h45 où a lieu la Bénédiction Eucharistique)

Standard du Vatican

Usine de San Pietro in Vaticano : 06 698 83731

Chapitre : 06 698 83465

Préséminaire Saint-Pie X : 06 698 71416

Sœurs : 06 698 83 795

Basilique Saint-Pierre: vos avis et vos commentaires

Avez-vous visité ce monument ? Que représente-t-il pour vous ? Quel conseil donneriez-vous à un touriste ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Basilique Saint-Pierre billets

Visite guidée de la basilique Saint-Pierre au Vatican

à partir de 27 €

Roma Pass : la carte officielle pour les bus et les musées

à partir de 35 €

Rome Pass
Rome Tourist Pass : le billet cumulatif pour les touristes à Rome

à partir de 85 €

Rome Tourist Pass
Vatican City Pass : le billet cumulatif pour le Vatican

à partir de 57 €

Vatican City Pass
Tous les billets