ArcheoRoma / Taxi

Taxi

Taxi

Un guide complet pour utiliser les taxis à Rome. Combien cela coûte-t-il et comment éviter les arnaques et les désagréments.

Guide de l'utilisation des taxis à Rome. Comment réserver, numéros et tarifs

Réservation en ligne

Demandez un devis pour votre trajet en voiture avec chauffeur.

Vous bénéficierez d'un service exclusif et votre chauffeur vous accueillera à l'avance à l'endroit de votre choix ou directement à la porte de l'aéroport.

Découvrez le coût de votre trajet en remplissant le formulaire..

    Je consens au traitement de mes données personnelles conformément au décret législatif 196/2003. *

    A Rome il y a 7’890 taxis et c’est une solution pratique pour se déplacer, notamment compte tenu des transports en commun souvent inefficaces, des zones de circulation limitées dans le centre historique et de la difficulté à trouver des places de parking gratuites, qui découragent l’usage de la voiture.

    Gares et aéroports

    Les gares et aéroports de Rome sont les principaux points de connexion de la ville, mais aussi les points les plus critiques. Dans cette liste, vous trouverez des conseils utiles pour éviter les problèmes.

    Gare Termini

    La station de taxis de la gare Termini est située juste en face de l’entrée principale de l’imposante structure (appelée « dinosaure ») sur la Piazza dei Cinquecento. Généralement il y a une file d’attente à respecter, mais elle est plutôt fluide car c’est le centre névralgique de la mobilité urbaine.

    Les trajets depuis la gare Termini nécessitent un supplément de 2 € au coût du trajet.

    Tarifs journaliers :

    Du lundi au samedi de 06h00 à 22h00 : des frais de départ de 3,00 € s’appliquent

    Dimanches et jours fériés : tarif à partir de 4,50 €

    Tarifs de nuit :

    De 22h00 à 06h00 : tarif départ de 6,50 €

    Les « batteurs libres » de la gare Termini

    À la gare Termini, nous assistons à une dynamique très particulière. Ce sont les « free hitters », c’est-à-dire les chauffeurs de taxi qui tentent de s’emparer des trajets les plus avantageux ou des clients les plus facilement contournés, quitte à se faire doubler dans la file d’attente (garer la voiture sur le côté droit de la chaussée).

    Comment éviter les chauffeurs de taxi malhonnêtes ? Si nous faisons la queue pour un taxi et qu’il y a une personne en harnais jaune qui gère les priorités des chauffeurs de taxi, demandez s’il est possible de payer par carte bancaire . En règle générale, cela vous dirigera immédiatement vers un chauffeur de taxi honnête.

    Mise à jour (12/01/2020) : suite à de nombreux rapports, la municipalité de Rome a ordonné la surveillance constante de la zone devant la gare Termini par des policiers afin d’éviter la poursuite de ces phénomènes.

    Gare de Tiburtina

    C’est la deuxième gare de Rome. Récemment rénovée, la gare de Tiburtina est l’escale des trains longue distance de la ligne nord-sud.

    Parking devant la gare Tiburtina

    La gare de Tiburtina a des niveaux de sécurité accrus avec des soldats armés présents à proximité immédiate de l’entrée principale, mais non loin de là, les dangers guettent. En raison du manque d’éclairage adéquat, les parkings adjacents sous le viaduc sont souvent gardés par des groupes de criminels qui ont l’intention de demander illégalement de l’argent pour se garer et de déranger les touristes de passage.

    Aéroport de Fiumicino

    L’aéroport de Fiumicino est le plus grand de Rome et l’un des plus grands d’Europe.

    Tarifs:

    De l’aéroport de Fiumicino au centre de Rome ou à l’intérieur des murs d’Aurélien : 48 € (tarif fixe, tant pour les taxis de la ville de Rome que pour les taxis de Fiumicino)

    Attention aux taxis illégaux

    Bien qu’un groupe de travail opère depuis des années pour surveiller les zones à l’extérieur de l’aéroport de Fiumicino, nous devons faire attention aux taxis illégaux.

    Aéroport Ciampino

    C’est le deuxième plus grand aéroport de Rome. A l’aéroport de Ciampino (GB Pastine), surtout le soir, on trouve des voitures qui font des trajets illégaux. Il est indispensable d’attendre un taxi aux bornes spéciales, généralement les taxis illégaux sont stationnés en deuxième rangée dans les deux premières rues du parking.

    Les « requins de Ciampino »

    Le plus gros problème à l’aéroport de Ciampino sont les soi-disant « requins de Ciampino », ou les chauffeurs de taxi agréés qui refusent souvent les trajets demandés par les Romains, pour se concentrer sur les touristes, ignorant les tarifs standard. Parfois même le coût d’un seul trajet est multiplié par le nombre de passagers, pendant la journée il y a plus de contrôles et la probabilité de trouver des chauffeurs de taxi malhonnêtes est réduite.

    Attention aux arnaques

    Chauffeurs de taxi illégaux

    Les chauffeurs de taxi illégaux sont un fléau de la mobilité de Rome. L’obtention d’un permis est très difficile et coûteuse, on peut donc facilement tomber sur des voitures qui ressemblent en tous points à des taxis mais qui n’en sont pas. Et ils sont à éviter. Les taxis à Rome sont reconnaissables à la couleur blanche de la carrosserie et à l’enseigne lumineuse typique avec le mot « taxi » sur le toit. Ils affichent également l’emblème de la municipalité de Rome sur les portes d’entrée et le nom du taxi.

    Tarif 1 et tarif 2

    Deux tarifs différents sont appliqués au taximètre :

    • tarif 1 (zones urbaines)
    • tarif 2 (zones suburbaines)

    Le chauffeur de taxi est tenu par la loi d’informer le client lorsque le « tarif 2 » est appliqué à la sortie de l’autoroute de Rome ou du Grande Raccordo Anulare. Mais cela n’arrive pas toujours, et il est tout de même conseillé de s’assurer que le bon tarif pour notre trajet en taxi est indiqué sur l’écran du taximètre.

    Le changement

    Arnaque typique d’Istanbul et assez courante. Le « change » est le geste rapide de remplacer le billet du client au moment du paiement par un autre de moindre valeur. Habituellement, le billet du client est caché entre les pieds du chauffeur.

    Réclamations et remboursements

    Lorsque nous montons dans un taxi à Rome, il est toujours conseillé de noter le numéro de licence du chauffeur de taxi, présent sur une plaque métallique à l’intérieur du véhicule. Ou écrivez le nom d’identification du taxi écrit à l’extérieur de la porte.

    Alternatives au taxi : NCC et Uber

    La mobilité évolue rapidement dans toutes les grandes villes du monde. Y compris à Rome, quoique de façon moins brutale. Outre les transports en commun, il existe également des locations avec chauffeur (NCC) et Uber.

    Location avec chauffeur (NCC)

    Uber

    Le service de location avec chauffeur de la société américaine Uber, très apprécié dans les plus grandes villes du monde, est actif à Rome avec le service Black (Uber Pop n’est plus actif depuis 2015).

    Il s’agit d’un service premium avec un standard de qualité élevé, avec des prix généralement plus élevés que les taxis. Le fonctionnement est simple : vous vous inscrivez sur l’application de service et réservez en ligne. Une fois à destination, le coût du trajet est débité directement sur votre compte associé à l’application.

    Combien coûte Uber

    En plus des tarifs variables en fonction de la distance du trajet, il existe des tarifs fixes pour les aéroports. Rome-Fiumicino avec Uber nous coûte 60 € avec UberBlack, 75 € si nous réservons un van.

    Uber contre Taxi

    Les lobbies des chauffeurs de taxi freinent l’économie du partage et la libre concurrence. Les protestations continues dans les rues qui paralysent souvent la ville de Rome (mais aussi Milan, Turin et Florence) en font l’un des lobbies les plus puissants d’Italie. En 2015, le recours des associations professionnelles de chauffeurs de taxi devant le Tribunal de Milan a décrété le blocage d’Uber-Pop pour « concurrence déloyale ».

    La situation est décidément difficile pour Uber . On a déjà vu Heetch disparaître en février 2019, une société française, qui proposait un service similaire à Uber. Avant même d’arriver à Rome, il a dû suspendre son service en raison d’une « situation législative défavorable ».

    Depuis octobre 2019, Uber est également présent à Rome avec Jump , une filiale qui propose la location de vélos. Ce sont les vélos rouges qui peuvent être activés avec une application que l’on trouve dans toute la ville.

    Related services