ArcheoRoma / Sites / Panthéon

Panthéon

Panthéon

Le Panthéon est l’un des monuments historiques et architecturaux les plus intéressants que nous pouvons encore visiter dans le centre de Rome. C’est le plus important témoignage du grand Empire romain, ainsi que le bâtiment le mieux conservé.

  • Lieu :
    Place de la Rotonde

  • Construit par :
    Les empereurs Trajan et Hadrien au 2e siècle de notre ère

  • Ce qu'il faut voir :
    Pantheon, Oculus

  • Ouverture :
    Tous les jours, de 9 h à 19 h

  • Prix :
    Entrée gratuite

  • Transport :
    En bus. Station de métro : Colosseum (bleu) à 1,44 km

Panthéon, Rome: La coupole, l'intérieur, l'oculus et l'heure d'ouverture
La façade du monument avec le Pronaus et l'inscription d'Agrippa sous le tympan

Meilleurs billets

Audioguide interactif du Panthéon

à partir de 8,5 €

Visite guidée du Panthéon, célèbre pour son dôme et son oculus

à partir de 25 €

Le Panthéon est un temple romain dédié à tous les dieux (du grec ancien : Πάνθεον [ἱερόν], Pántheon [hierón], « [temple] de tous les dieux »), qui attire des visiteurs du monde entier pour la magnificence de les proportions, la majesté du dôme et la particularité architecturale, ainsi que les mystères cachés de son histoire.

Histoire du Panthéon

Panthéon pré-Hadrien : les origines

Les fouilles de la fin du XIXe siècle et les fouilles récentes entre 1995 et 1997 mettent en évidence la présence de deux niveaux superposés des fondations :

  • étage inférieur, environ 1,5 mètre (phase augustéenne)
  • l’étage actuel (Panthéon d’Hadrien)

La légende du premier Panthéon

Une légende raconte que le premier Panthéon a été construit à Campo Marzio à la hauteur de l’ancien Palus Caprae dès le VIIe siècle avant J.-C. À cet endroit, le fondateur de Rome Romulus, fils du dieu Mars et Rhea Silvia, est monté au ciel en passant en revue l’armée 1 .

Le Panthéon d’Agrippa

Légende mise à part, la première construction du Panthéon a été commencée en 27 avant JC par Marco Vipsanio Agrippa (63 avant JC – 12 avant JC) qui a confié sa construction à Lucio Cocceio Aucto et a terminé la construction en 25 avant JC

Le Panthéon d’Agrippa se composait d’un portique décastyle avec un podium en façade et un accès au nord sur une place pavée. Une imposante porte aux battants de bronze conduisait à un espace intérieur circulaire circonscrit par un mur en opus reticolatum.

Cet espace circulaire semble avoir été un portique à colonnade annulaire, même si des études récentes menées par l’archéologue Eugenio La Rocca, 1 suggèrent que cette colonnade n’a jamais existé.

L’hypothèse découle tout d’abord de l’observation de la continuité de la chaussée jusqu’au mur d’enceinte. De plus, le sol en pavonazzetto trouvé n’était guère utilisé dans la Rome antique pour les espaces ouverts et la maçonnerie en opus reticolatum était principalement utilisée pour l’enceinte des monuments funéraires.

Panthéon d’Hadrien

L’incendie du 110 et la reconstruction du Panthéon

La théorie selon laquelle en 110 le Panthéon d’Agrippa a été complètement détruit à la suite d’un incendie généré par la foudre est considérée comme historiquement valable.

Il existe plusieurs théories sur la reconstruction du Panthéon d’Agrippa :

  1. qui fut restaurée par Hadrien , comme le rapportent les Scriptores Historia Augustea du milieu du IVe siècle:
    « cum opera ubique infinita fecisset, numquam ipse nisi in Traiani patris templo nomen suum scripsit. Romae instauravit Pantheum, Septa, Basilicam Neptuni (…) eaque omnia propriis auctorum nominibus consecravit. »2
  2. qu’il a été plusieurs fois restauré par Apollodore sur ordre de Trajan, enfin démoli et reconstruit par Hadrien
  3. qu’il a été entièrement reconstruit par l’empereur Trajan et terminé par son successeur Adriano

Des études plus récentes tendent à étayer la troisième thèse, distinguant ainsi deux édifices portant le même nom, qui ont été construits à des époques différentes dans le même quartier. Cela se déduit notamment des reliefs réalisés sur les fondations lors de certaines fouilles réalisées à la fin du XIXe siècle.

La théorie, soutenue notamment par Giuseppe Cozzo, est que les fondations ne sont pas liées au monument érigé plus tard, que l’on voit encore aujourd’hui. A tel point qu’à l’origine le Panthéon aurait eu une entrée sud à laquelle on accédait par un atrium majestueux souvent confondu avec le laconique des thermes d’Agrippa.

En résumé, l’inscription qu’Adriano fit graver sur la frise de la façade, qui désigne Agrippa comme le patron du monument, était en réalité un hommage.

Description

La structure du Panthéon est composée de trois éléments architecturaux :

  • un espace intérieur de plan circulaire  composé d’une rotonde intérieure et extérieure surmontée d’une coupole hémisphérique
  • un avant- corps qui relie l’espace interne au pronaos
  • un pronaos octastyle

Fondations

Les fondations, techniquement « tranchées », sont en béton et ont pour dimensions 4,5 mètres de profondeur, 7,3 mètres d’épaisseur et 43,30 m de diamètre.

Les fondations ont subi des dommages au fil du temps , probablement en raison du terrain marécageux sur lequel le monument a été construit. Pour cette raison, un deuxième anneau de renforcement des fondations a ensuite été construit, ce qui a obligé à égaliser le niveau de la chaussée.

Pour les mêmes raisons, d’autres éléments architecturaux extérieurs non prévus dans le projet initial ont été construits ultérieurement, en plus de la façade avant. Le but était de décharger les forces de poussée.

Rond point

Hauteur 30,40 m
Épaisseur 6,20 m

La « rotonde » est le terme utilisé pour définir la structure centrale du Panthéon, le premier élément architectural dans l’ordre chronologique de construction, et dérive d’un terme populaire qui l’associe à la forme cylindrique indubitable.

Les travaux ont été réalisés avec une technique en opus caementicium , c’est-à-dire un coulage de béton, entre des parements de briques ( opus latericium ). Il existe trois types de matériaux différents pour le béton :

  1. Jusqu’à la première ossature : béton avec tuf et éclats de travertin
  2. De la première à la deuxième charpente : béton avec tuf et briques
  3. A partir de la deuxième ossature : béton avec briques concassées

La rotonde est composée d’un mur intérieur et d’un mur extérieur. Toute la circonférence est marquée par huit piliers. Entre les piliers, il y a sept arcs de déchargement inclus dans le mur extérieur qui visent à décharger les poussées verticales vers les piliers.

Dôme

Le dôme du Panthéon est la partie la plus remarquable de l’édifice. Avec ses 43,44 m de diamètre intérieur, c’est le plus grand jamais construit en béton non armé . C’est la démonstration durable du génie des architectes romains, étant donné que l’édifice est encore pratiquement intact aujourd’hui.

L’ouvrage, réalisé avec du béton mélangé à du tuf et de la pierre ponce sur un coffrage en bois, s’élève en rosaces de plus en plus petites qui convergent vers le centre.

Diamètre  43,44 m
Hauteur 21,75 m
Poids 5000 tonnes
Épaisseur maximale (base) 5,20 m
Épaisseur minimale 1,40 m

Extérieurement, la première partie du dôme n’est pas visible car elle est couverte par les sept corniches qui ont pour but de compenser les poussées horizontales de la construction hémisphérique. Intérieurement, à la même hauteur (entre le deuxième cadre et le troisième), la courbure du dôme est bien visible, soulignée par les caissons qui parcourent tout le diamètre, 28 pour chacun des cinq anneaux.

Comment le dôme a-t-il été construit ?

Pour la construction, il a fallu élever une série de structures internes en bois soutenues par des échafaudages ancrés au mur intérieur de la rotonde. Ces ouvrages permettaient de supporter la nervure, nécessaire au coulage ultérieur du béton.

La phase de coulage du béton s’est déroulée par paliers, en partant du tambour cylindrique vers le centre. Nous avons commencé par les trois plus gros anneaux, en laissant sécher le béton après chaque coulée.

Compte tenu des dimensions généreuses du dôme, il a fallu adopter une solution technique que l’on a déjà vue dans divers monuments architecturaux de l’époque impériale, de la basilique de Maxence aux thermes de Dioclétien: l’allègement du béton. En remontant du rond-point, différents matériaux couplés au béton ont été utilisés.

Des éclats de briques au fond, puis des éclats de tuf, enfin des scories volcaniques et des lapilli volcaniques près de l’oculus. Dans la dernière partie, même des vases en terre cuite vides ont été insérés, une solution qui sera utilisée systématiquement dans la basilique de Maxence (dont aujourd’hui une seule nef est debout, donc cette technique est visible à l’œil nu).

Intérieur du dôme

À l’intérieur, le dôme est caractérisé par 28 caissons disposés en cinq ordres horizontaux, appelés lacunaires . Ceux-ci ont été réalisés directement grâce au coulage du béton sur la nervure en bois et ont non seulement une fonction esthétique, mais sont fondamentaux pour la stabilité du dôme, ainsi que fonctionnels pour la construction, car ils ont permis le séchage rapide par carbonatation du mortier (la réaction de l’eau avec le carbonate de calcium dans le béton utilisé).

Constructions similaires de dômes :

Monument Date de construction Diamètre du dôme Diamètre du puits de lumière Relation entre les deux diamètres L’état
Pantheon 43,50 8,95 0,205 Optimal
Salle de classe du planétarium des Thermes de Dioclétien 21,25-22,05 4,20 0,197-0,190 Optimal
Temple de Mercure à Baia Fin Ier s. AVANT JC 21,55 3,65 0,169 Perdu
Tepidarium des Thermes de Dioclétien 19,30 3,68 0,197 Restes
Temple de la toux à Tivoli 12,30 2,13 0,173

Oculus

Au sommet du dôme se trouve une grande ouverture appelée « Oculus », l’œil, qui reste la seule source de lumière. De ce trou circulaire d’ un diamètre de 9 mètres  placé au centre, pénètre un faisceau de lumière qui a permis des études d’astronomie. L’élément le plus engageant et intrigant du Panthéon est précisément ce flash de lumière qui agrandit l’espace à l’intérieur.

Interne

Le bâtiment circulaire, de style roman, construit en brique et béton, est composé d’un hall circulaire couvert d’une coupole hémisphérique. Un chef-d’œuvre d’architecture et d’ingénierie qui a exercé une énorme influence sur toute l’histoire de l’architecture dans le monde occidental.

Il pourrait s’agir du premier bâtiment d’architecture classique, où l’intérieur est délibérément conçu pour éclipser l’extérieur. La partie circulaire du bâtiment (ou rotonde) a été complétée par deux portes en bronze mesurant 12 x 7,5 mètres (celles d’aujourd’hui sont anciennes, mais pas d’origine).

La rotonde elle-même est un hémisphère parfait, mesurant 43,2 mètres de diamètre, exactement la hauteur maximale du dôme. Le mur de la rotonde mesure 6 mètres d’épaisseur et comporte sept niches éblouissantes alternativement semi-circulaires (3) et rectangulaires (4), entre deux colonnes corinthiennes, qui dans l’Antiquité représentaient les sept divinités liées au culte des planètes, le Soleil , la Lune , Vénus , Saturne , Jupiter , Mercure et Mars .

La niche devant la porte est la plus impressionnante et atteint le plafond. Il présente une frise décorative et un cadre en porphyre rouge et est flanqué de deux colonnes corinthiennes en marbre phrygien violet.

Chacune des autres alcôves a deux colonnes de marbre phrygien en violet (semi-circulaire) ou jaune Numidie (rectangulaire). Le sol est celui d’origine et se compose d’un motif carré utilisant du granit gris, du porphyre rouge, du jaune violet et du marbre phrygien de Numidie.

Externe

Le temple est précédé d’un Pronaos d’origine grecque avec 16 colonnes corinthiennes soutenant le tympan. Aujourd’hui, le tympan est vide, mais à l’époque romaine, il y avait un haut relief en bronze représentant la bataille entre les géants et les Amazones.

Le portique, de style grec très classique, mesure 34,20 mètres x 15,62 et possède une colonnade frontale à huit colonnes corinthiennes de 11,8 mètres de haut. Les fûts des colonnes monolithiques sont en granit gris d’Assouan avec les bases et les chapiteaux en marbre blanc du Pentélique.

Le fronton au-dessus des colonnes est maintenant vide, mais certains trous suggèrent qu’il y avait à l’origine un emblème quelconque, peut-être un aigle ou une couronne en bronze doré symbolisant Jupiter.

Le portique a été construit avec du marbre blanc du Pentélique et est décoré de reliefs représentant des objets religieux tels que des assiettes, des couronnes et des candélabres. Un dessin géométrique de cercles et de carrés caractérise le sol avec des dalles de marbre colorées.

Apprendre à connaître ce chef-d’œuvre est une occasion rare pour les visiteurs modernes de découvrir la gloire de  la Rome impériale en voyageant il y a environ 2 000 ans. Avec ses épais murs de briques et ses grandes colonnes de marbre, le Panthéon fait une impression immédiate et évocatrice.

  1. Eugenio La Rocca, « Il Pantheon di Agrippa », 2015
  2. “Il a construit partout d’innombrables bâtiments publics, mais dans aucun, à l’exception du temple dédié à son père Trajan, il n’a écrit son nom. À Rome, il a restauré le Panthéon, la Septa, la basilique de Neptune, et les a dédiés aux constructeurs d’origine.” Scriptores Historiae Augustea, Hadrianus XIX (Aurelio Spartianus) in: De Fine Licht, op. cit., p.182.

Panthéon: vos avis et vos commentaires

Avez-vous visité ce monument ? Que représente-t-il pour vous ? Quel conseil donneriez-vous à un touriste ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Panthéon billets

Audioguide interactif du Panthéon

à partir de 8,5 €

Visite guidée du Panthéon, célèbre pour son dôme et son oculus

à partir de 25 €

Tous les billets