ArcheoRoma / Sites / Voûte

Chapelle Sixtine: Voûte

La voûte de la Chapelle Sixtine, au Vatican, abrite les merveilleuses fresques peintes par Michelangelo Buonarroti. Partons à la découverte de son histoire, de ses fresques et de ses restaurations.
La voûte de la chapelle Sixtine avec les fresques de Michel-Ange
La voûte de la chapelle Sixtine avec les récits bibliques de Michel-Ange

Meilleurs billets

Histoire

L’histoire de la Voûte de la Chapelle Sixtine raconte deux phases différentes. Une précédente, du XVe siècle et une datant du début du XVIe siècle, réalisée par Michel-Ange.

La voûte de Piermatteo d’Amelia

La première décoration picturale de la voûte de la Chapelle Sixtine remonte à 1481 et a été commandée par le pape Sixte IV. La voûte a été décorée d’un ciel étoilé par le peintre amerin Piermatteo di Manfredi , dit  Piermatteo d’Amelia  ou  par Amelia  (Amelia, ca 1445-1448 – 1508).

Fig. 1. Reconstruction de la Chapelle Sixtine au XIIIe siècle. Gravure, auteur inconnu, probablement du XIXe siècle.

Dans la gravure de la fig. 1, on peut voir la voûte de la Chapelle Sixtine décorée du ciel étoilé, la présence des deux fenêtres sur le mur ouest (plus tard supprimées par Michel-Ange) et la barrière en position centrale (transférée ensuite vers l’entrée sur le mur est).

Les dégâts à la fois

Au cours des premières années de 1500, la voûte de la Chapelle Sixtine a subi des dommages dus à l’instabilité des fondations, héritées de l’ancienne Cappella Magna, datant de la fin de 1200. Probablement en raison des travaux de la nouvelle Basilique Saint-Pierre , à quelques mètres. Les décorations de Piermatteo d’Amelia ont été irrémédiablement endommagées par une entaille dans la voûte.

La voûte de Michel-Ange

La voûte a été restaurée à l’aide d’une série de chaînes métalliques et en colmatant la fissure de Bramante avec du mortier et des briques. Le pape Jules II de l’époque décide alors de redécorer la voûte, en confiant les travaux à Michelangelo Buonarroti . Ce dernier s’était enfui quelques mois plus tôt à Florence en raison de sa profonde dissidence et de sa déception envers Jules II, coupable d’avoir bloqué les travaux sur le tombeau papal qui devait être placé dans la basilique Saint-Pierre (il a ensuite été construit sous une forme réduite par Michel-Ange lui-même dans les dernières années de sa vie et placé dans la basilique de San Pietro in Vincoli).

Mais l’ambition du projet convainquit Michel-Ange de retourner à Rome et le contrat fut signé entre mars et avril 1508.

Michelangelo Buonarroti, l’artiste qui a peint la Chapelle Sixtine

Sculpteur, peintre, architecte et poète italien, Michelangelo Buonarroti (Caprese, 6 mars 1475 – Rome, 18 février 1564) est celui qui a peint la merveilleuse Chapelle Sixtine. C’est l’artiste lui-même qui a créé le David, le Moïse, la Pietà et le Dôme de Saint-Pierre.

Dessins préparatoires

Alors que le maître d’œuvre florentin Piero di Jacopo Rosselli préparait les surfaces du dôme, Michel-Ange passa les premiers mois à faire les dessins préparatoires. Le projet initial impliquait la représentation des douze apôtres sur les grands trônes architecturaux qui dominent les corbeaux, tandis que la voûte était ornée d’éléments géométriques.

Malheureusement, la plupart des dessins préparatoires ont été brûlés à la demande de Michel-Ange lui-même, selon son biographe Giorgio Vasari. Il semble que Michel-Ange n’ait pas voulu que le public ait conscience de la quantité de travail qui était nécessaire à la réalisation de ses œuvres, ce qui aurait pu réduire l’idée de génie créateur qu’on lui attribuait.

Une autre hypothèse est que l’artiste ne voulait pas que les artistes concurrents aient pu utiliser les croquis préparatoires à des fins d’étude (sans surprise, deux jeunes sculpteurs ont volé 60 dessins préparatoires dans son atelier à Florence, qui ont ensuite été restitués).

Seuls deux dessins préparatoires nous sont parvenus.

La première montre l’un des douze apôtres au-dessus des corbeaux (où se trouvent aujourd’hui les voyants ). Il s’agit probablement d’un nu assis et les éléments géométriques dont la voûte aurait dû être composée sont bien visibles.

Le dessin est conservé au British Museum de Londres (1508). Encre noire (étude de la voûte) et pierre noire (bras et mains, vraisemblablement à attribuer à la figure d’Adam)1.

La seconde montre une étude pour niches, aujourd’hui conservée au Detroit Institute of Arts de Detroit, Michigan, USA. Daté 1508. Encre noire et craie sur papier vergé.

L’échafaudage

Un premier projet d’échafaudage nécessaire pour accéder facilement au dôme est imaginé par Bramante. C’était un échafaudage suspendu par des cordes ancrées au plafond. Critiqué par Michel-Ange à cause des trous inévitables où les crochets auraient été insérés, il a été remplacé par un projet alternatif de son cru.

Ce dernier était un échafaudage en bois ancré aux murs latéraux de la chapelle par des fermes autoportantes. Cette solution couvrait la moitié de la Chapelle Sixtine et se composait de six paires de fermes qui à leur tour soutenaient une surface praticable en escalier.

Si d’une part cette solution était pratique car elle couvrait une très grande surface, d’autre part elle obligeait l’artiste à des conditions de travail et des positions corporelles dures. L’éclairage naturel était également quasi inexistant et il fallait le rattraper avec des bougies et des lampes, ce qui créait un éclairage inégal.

La réalisation des travaux s’est déroulée du mur de la porte d’entrée en direction du mur de l’autel.

Étaler le plâtre

La première ébauche de l’enduit à base de mortier de chaux et de pouzzolane (au lieu de chaux mélangée à du sable) n’a pas été un choix heureux. Le mélange trop dilué et la phase de séchage lente ont entraîné l’apparition de moisissures.

Il était nécessaire d’enlever complètement le plâtre et de l’étaler à nouveau. Le plâtre final était un mélange conçu par Jacopo Torni (connu sous le nom de Jacopo Fiorentino ou l’Indaco, élève de Domenico Ghirlandaio) de chaux et de pouzzolane sur un lit de boucles réalisées avec le même mélange. Ce n’est que dans la zone des lunettes que la poussière de marbre a été utilisée, sans couche de boucle2.

Transposition sur le plâtre

Pour la transposition des dessins préparatoires sur le plâtre, deux méthodes différentes ont été utilisées par Michel-Ange.

Je l’époussette. Il s’agit de créer une série de trous réalisés avec un poinçon en suivant les lignes du dessin réalisé à l’échelle 1:1. Ces repères ont ensuite été mis en évidence sur le plâtre en frappant un sac de fine poussière de charbon noir sur le dessin. C’est la méthode utilisée surtout pour la transposition des dessins qui nécessitaient une plus grande précision, comme les mains et les visages.

Gravure indirecte (ou décalque). Méthode principalement utilisée pour les éléments de base tels que Creation . Il s’agit de la transposition sur le plâtre directement à partir du carton, en traçant les contours des dessins avec une pointe métallique.

Découverte partielle

Le 26 juin 1511, le pape Jules II della Rovere revient à Rome de Rimini pour appeler à l’ouverture du Concile œcuménique (Concile du Latran V, visant à revenir à une unité ecclésiastique) qui aura lieu l’année suivante dans la Basilique de San Jean de Latran . A cette occasion, il fit démonter l’échafaudage pour découvrir la première moitié de l’œuvre de Michel-Ange qui fut vue par le pape entre le 14 et le 15 août de la même année.

Cette occasion était précieuse pour l’artiste lui-même de mettre à jour les dimensions des figures pour la suite de l’œuvre, car elles étaient plutôt petites et peu lisibles.

Conclusion des travaux

En octobre 1512, Michel-Ange envoya une lettre au pape, l’informant que la Chapelle Sixtine était achevée. Les travaux ont été achevés par Michel-Ange en 1512, un peu moins d’un an avant la mort du pape Jules II (21 février 1513).

Le 31 octobre de la même année, la chapelle est rouverte à l’occasion de la célébration de la liturgie des Vêpres, la veille de la fête de la Toussaint.

Fresques

Lunette

Les lunettes représentent le cadre semi-circulaire autour de l’arc des fenêtres des murs latéraux de la Chapelle Sixtine, positionné au-dessus des niches des papes. Bien qu’ils ne fassent pas techniquement partie de la voûte, ils ont été inclus dans cette page en raison de la cohérence iconographique avec le reste de la voûte.

Les lunettes de la Chapelle Sixtine ont été peintes par Michel-Ange en utilisant le même échafaudage à treillis en bois que celui utilisé pour la peinture de la voûte. Ce sont les fresques réalisées de manière plus hâtive, au point qu’aucun système de transposition n’a été utilisé sur le plâtre, à l’exception des plaques centrales.

Ils représentent, comme pour les voiles, les générations des Ancêtres du Christ . Sur les côtés de chaque lunette sont représentés des personnages seuls assis, divisés par des plaques qui les identifient en latin.

Quant aux papes dans les lunettes, la progression des lunettes doit être lue alternativement du mur de l’autel vers le mur d’entrée.

Il convient de noter que les deux premières lunettes du mur de l’autel ont été supprimées par Michel-Ange lui-même en 1537 pour la rédaction du plâtre destiné à la réalisation du Jugement dernier.

 

  • Aminadab, prince des Lévites
  • Femme désireuse de se coiffer
  • Alcool
  • Obed
  • Abia
  • nd
  • Ioatam
  • Acaz
  • Abouid
  • Eiachim
  • Eliud
  • Naason
  • David
  • Salomon
  • Josaphat
  • Joram
  • Manassés
  • Amon
  • Jéchonias
  • Salathiel
  • Sadoc
  • Azor
  • Éléazar
  • Mathan
  • Joseph
  • Jacob

Voiles

Les voiles sont les espaces à surface triangulaire concave qui relient les parois latérales de la Chapelle Sixtine à la voûte en berceau surbaissée. Comme les lunettes ci-dessous, elles représentent les quarante générations d’ancêtres du Christ, tirées de l’Évangile de Matthieu.

Ils représentent des compositions de groupes familiaux, d’hommes et de femmes qui représentent l’humanité et la succession des générations. Chaque voile est surmontée de deux nus en bronze en pose symétrique l’un par rapport à l’autre et de bucranos (crânes de bœuf, représentant des rituels sacrificiels).

 

  • La crucifixion d’Aman
  • Salomon
  • Roboam
  • Ozias
  • Zorobabel
  • David et Goliath
  • Le Serpent d’airain
  • Jessé
  • Comme un
  • Ézéchias
  • Josias
  • Judith et Holopherne

Fresques de la voûte

La voûte est divisée horizontalement en neuf panneaux, qui montrent les histoires de la Genèse, classées par ordre chronologique à partir du mur de l’autel. Il se compose de cinq grands carrés contenant chacun deux personnages entrecoupés de quatre petits carrés contenant un cadre entouré de deux médaillons et de quatre personnages assis.

Fresques de la Voûte de la Chapelle Sixtine, Michelangelo Buonarroti

  • Jérémie
  • Persique
  • Ézéchiel
  • Érychrée
  • Joël
  • Libyca
  • Daniel
  • Cumées
  • Isaïe
  • Delphica
  • Jonas
  • Dod séparant la lumière des ténèbres
  • Création du soleil, de la lune et des planètes
  • Séparation du ciel et de l’eau
  • Création d’Adam
  • Création d’Ève
  • Tentation & expulsion
  • Sacrifice de Noé
  • L’inondation
  • L’ivresse de Noé
  • Zacharie

Histoires de la Genèse

La Création d’Adam est la composition la plus célèbre de la voûte, et représente la rencontre entre le divin et l’humain et le moment de la création. Adam, allongé sur la terre, tend sa main vers le divin enveloppé d’un tissu rose, jusqu’à ce qu’elle touche ses doigts.

Sibylles et prophètes

C’est la série de fresques qui décorent les corbeaux, ou les chapiteaux suspendus placés entre une voile et l’autre. Dans l’espace entre deux socles avec de faux haut-reliefs de putti par paires, les voyants, ou sibylles et prophètes, sont représentés, flanqués chacun d’un couple de jeunes assistants.

Restaurations

La voûte de la Chapelle Sixtine a subi plusieurs restaurations au fil des ans. Les raisons n’étaient pas uniquement à rechercher dans la détérioration naturelle des fresques et des couleurs, mais aussi dans l’état structurel de la Chapelle Sixtine. En 1522, neuf ans seulement après l’achèvement des travaux, l’architrave du mur d’entrée s’effondre (tuant un garde suisse), tandis que lors du conclave de 1523, il y a des défaillances majeures sur la voûte.

Les premiers travaux de restauration ont commencé en 1543.

Lors du conclave de 1565 de grandes entailles furent ouvertes, toujours sur la voûte.

En 1625 une restauration est confiée à Simone Lagi , dont la tâche est d’enlever la patine sombre déposée au fil des ans sur les fresques avec une toile de lin et de la chapelure.

Entre 1710 et 1713 une nouvelle restauration est confiée au peintre Annibale Mazzuoli , qui est réalisée en collaboration avec son fils à l’aide d’éponges trempées dans du « vin grec » et en repeignant les détails, dont certains ont été perdus à cause de l’ efflorescence du salpêtre (phénomène d’évaporation de l’eau de cristallisation à l’extérieur de l’enduit, ce qui provoque le décollement de la surface).

Entre 1935 et 1938, le laboratoire de restauration des Musées du Vatican a entamé une nouvelle phase de réhabilitation et de nettoyage des surfaces de la partie orientale de la Chapelle.

1979-1994 : la restauration par Gianluigi Colalucci

En 1979, le plus grand chantier de restauration de la voûte de la Chapelle Sixtine débute. Ce travail a été confié à une équipe d’experts dirigée par Gianluigi Colalucci , sur la base des directives rédigées en 1978 par l’archéologue et directeur du Laboratoire vatican de restauration des peintures Carlo Pietrangeli .

Pour la restauration, des échafaudages en aluminium ont été réalisés accrochés aux murs latéraux de la chapelle en utilisant les mêmes trous dans les murs utilisés pour l’échafaudage de Michel-Ange.

  1. Image haute définition, archives du British Museum. Vue
  2. « La Cappella Sistina Vol. 2 », Carla Mancosu, pag. 42.

Voûte: vos avis et vos commentaires

Avez-vous visité ce monument ? Que représente-t-il pour vous ? Quel conseil donneriez-vous à un touriste ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Billets

Tous les billets