ArcheoRoma / Sites / Place du Peuple

Place du Peuple

Place du Peuple

Place du Peuple est l'une des places les plus célèbres et les plus visitées de Rome. Située sous les magnifiques jardins du Pincio, elle était l'entrée principale de la ville à l'époque romaine.

  • Lieu :
    Camp Marzio

  • Construit par :
    Architecte Francesco Fontana en 1589

  • Ce qu'il faut voir :
    S. Maria del Popolo, S. Maria dei Miracoli, Santa Maria in Montesanto, Obélisque Flaminien, Fontaine de l'Obélisque, Fontaine de la Déesse Rome, Fontaine de Neptune, Porta del Popolo

  • Ouverture :
    Ouvert au public h24

  • Prix :
    Aucun billet n'est nécessaire

  • Transport :
    Station de métro : Flaminio

Place du Peuple: l'Histoire, les Églises et les Fontaines
L'obélisque et les églises baroques jumelles : Santa Maria dei Miracoli et Santa Maria in Montesanto

Place du Popolo s’étend entre les rives du Tibre et les terrasses du Pincio et se matérialise dans un grand espace qui, pendant l’ Empire romain, faisait partie des jardins appartenant à la famille de Néron.

Il offre certains des plus beaux monuments de Rome, parmi lesquels l’ancienne église de Santa Maria del Popolo se distingue par son histoire et son art , avec des chefs-d’œuvre du Caravage , Carracci , Raphaël et Bernini .

Description

Le plan de la place est une ellipse dont le petit côté longe la ligne verticale qui relie la via Flaminia au triptyque composé de via del Corso, via di Ripetta et via del Babbuino.

Au nord (tangente aujourd’hui avec via del Muro Torto) on trouve l’entrée monumentale de la Porta del Popolo , à droite de laquelle se trouve la basilique de Santa Maria del Popolo. Au centre se trouve l’obélisque flaminien soutenu par une terrasse ornée de quatre fontaines tandis que sur le côté le plus long de l’ellipse se trouvent la fontaine de la déesse de Rome (à droite) et la fontaine de Neptune (à gauche).

Les deux « églises jumelles » sont situées à l’intersection entre la place et les trois rues au sud : S. Maria dei Miracoli et Santa Maria in Montesanto.

De la place, en suivant sur le côté droit de la basilique de Santa Maria del Popolo, il y a le long escalier qui mène à la colline du Pincio et à sa célèbre terrasse (Place Napoleone) d’où l’on peut profiter d’une vue panoramique sur Rome. A quelques pas de là se trouve le plus grand parc public de Rome : la Villa Borghese .

Histoire

Dans l’Antiquité, ce site s’appelait Campo Marzio en raison du dieu Mars, dieu de la guerre, auquel il était dédié par Romulus . Sur cette grande place, les jeunes Romains pratiquaient l’art militaire tandis que les adultes organisaient des rassemblements pour l’élection des magistrats et des sénateurs romains.

Jusqu’au XVIe siècle, la place, alors de forme rectangulaire, n’était plus que le point de départ de trois rues. Ce n’est qu’en 1589 qu’il devint un véritable centre urbain, grâce au travail de l’architecte Francesco Fontana à qui l’on doit l’idée d’avoir placé l’obélisque au centre.

Vers le milieu du XVIIe siècle, il a été transformé en une place baroque et l’architecte Carlo Rainaldi , sur ordre du pape Alexandre VII , a conçu deux églises pour donner vie à un pôle important qui a attiré l’attention de tous les visiteurs et pèlerins qui passaient par la Porta Flaminia .

Le grand projet de génie civil du pape était de créer de nouvelles places dans toute Rome en les reliant à un réseau de rues rayonnantes qui partaient de chaque place pour symboliser la Trinité.

Origine du nom

On a longtemps cru que le nom de la place dérivait du mot latin Populus (signifiant peupliers) en raison du bois qui recouvrait le mausolée voisin de Marcellus 1 .

D’après l’analyse des documents trouvés au XXe siècle, cette étymologie est invraisemblable. En fait, il semble que le nom dérive de l’ église Sancta Maria Populi Romani , construite en 1099 aux frais des autorités municipales.

L’obélisque flaminien

L’obélisque flaminien en granit rouge, haut de 23,2 mètres, a été commencé par le pharaon Seti Ier de la XIXe dynastie du Nouvel Empire vers 1300 av. J.-C., complété par son fils Ramsès II pour l’ériger dans le temple solaire d’Héliopolis. Elle fut retirée des milices romaines par le jeune Octave à la suite de l’empereur Auguste en 10 av. J.-C. et transportée à Rome.

À l’origine, l’empereur Constantin fit placer l’obélisque dans le Circus Maximus . Au fil des siècles, l’obélisque est tombé et a été enterré, à la fois pour des causes naturelles et pour le vandalisme. Ce n’est que sur ordre du pape Sixte V qu’une recherche approfondie a été lancée.

Il a été retrouvé en trois morceaux sous des masses d’ordures sur le site de l’ancien Cirque. À la demande du pape, la reconstruction a commencé et par son ordre, elle a été érigée au centre de la place en 1589.

D’une importance considérable sont les inscriptions originales sur les côtés de l’obélisque qui indiquent les dates du couronnement de Seti I et de Ramsès II. Entre 1816 et 1824, dans une phase de rénovation de la Place du Popolo, Giuseppe Valadier l’embellit d’une base à quatre bassins circulaires et lions en pierre, imitant le style égyptien.

Les églises

S. Maria del Popolo

L’église de Santa Maria del Popolo est située sur le côté intérieur de la Porta del Popolo. Il a été érigé en 1099 à la demande du pape Pasquale II avec l’intention d’effacer la mauvaise mémoire de Néron, dont les cendres ont été enterrées dans les jardins de sa famille Domitia .

En 1227, elle fut reconstruite par le peuple romain, d’où elle tire son nom, avec un plan à trois nefs, et fut donnée aux Frères Augustins de la congrégation lombarde.

Le pape Sixte IV fit une première reconstruction de l’église médiévale pour le Jubilé de 1475. La façade et la majeure partie de la décoration intérieure sont attribuées au sculpteur Andrea Bregno et ses assistants.

En 1655-1661, Bernini redessina partiellement la façade et l’intérieur, supprimant de nombreux monuments funéraires et autres reliefs.

L’intérieur de l’église abrite des œuvres de Pinturicchio, Raphaël, Caravage ( » La Crucifixion de Saint Pierre » et « La Conversion de Saint Paul » ), Bernini et de nombreux autres artistes de la Renaissance et du XVIIe siècle . En plus de la chapelle du maître-autel, il y en a deux autres : une à droite, commandée par le cardinal Cibo (ou Cybo) et construite par Carlo Fontana, une à gauche, commandée par le banquier Agostino Ghigi et construite par Raphaël.

Les églises jumelles

Le pape Alexandre VII , avec le capital offert par le cardinal Girolamo Gastaldi, chargea l’architecte Carlo Rainaldi en 1662 de concevoir deux églises identiques, les « églises jumelles ». La difficulté rencontrée par l’architecte était que les dimensions et les distances entre les rues n’étaient pas les mêmes, et Rinaldi a trouvé une solution complexe mais efficace pour maintenir l’idée de symétrie typique du style baroque.

Pour que les deux églises se ressemblent vues de la place, l’architecte a conçu le dôme de Santa Maria in Montesanto avec une forme elliptique, tandis que le dôme de Santa Maria dei Miracoli était circulaire.

S. Maria dei Miracoli

Située à gauche de la via del Corso, Santa Maria dei Miracoli est dédiée à la Madone vénérée ici comme « Notre-Dame des Miracles » en raison de son icône miraculeuse placée sur l’autel principal.

La façade de l’église présente un profond pronaos rectangulaire à quatre colonnes supportant un tympan surmonté d’une balustrade sur laquelle sont placées dix statues représentant des Saints et des Saintes. En entrant, vous trouverez immédiatement un espace circulaire dominé par le dôme.

Un dôme octogonal, conçu et construit par Carlo Fontana , se dresse au sommet de l’église et en 1825, il a été recouvert de tuiles d’ardoise. À gauche de l’église, le clocher quadrangulaire (attribué à Gerolamo Theodoli ) a été construit dans la première moitié du XVIIIe siècle, à l’image de celui de la voisine Santa Maria di Montesanto.

L’église possède quatre chapelles latérales et un profond presbytère dont la décoration, comme le dessin du dôme et de la lanterne, est de Carlo Fontana. L’église fut finalement achevée en 1678 et consacrée en 1681, avec la jumelle de 1673.

Santa Maria à Montesanto

Contrairement à sa jumelle, cette église est une basilique mineure et est aussi « l’ église des artistes  » de Rome. Il est dédié à la Bienheureuse Vierge Marie sous le nom de Notre-Dame du Mont Carmel mais a récemment été changé en celui de Notre-Dame, Reine du Ciel.

C’est le pape Alexandre VII lui-même en 1662 qui la fit construire sur un projet de Carlo Rainaldi, mais les travaux furent interrompus aux fenêtres du dôme en raison de la mort du pape. Ils furent repris en 1673 et achevés avec les architectes Carlo Fontana et Mattia de Rossi , mais sous la direction de Gian Lorenzo Bernini, qui rédigea le projet définitif en 1675.

Les décorations intérieures, conçues par le Bernin lui-même, ont été réalisées et achevées en 1679 par des sculpteurs de son école. La façade est la même que celle de l’église sœur. L’architrave ci-dessus porte l’inscription commémorative célébrant le patron de l’église, le cardinal Girolamo Gastaldi.

L’église, au plan elliptique, possède des pilastres corinthiens, quatre chœurs, un profond presbytère et six chapelles latérales, contre quatre dans l’autre. La salle liturgique est dominée par le dôme qui abrite quatre statues en stuc de Filippo Carcani dit Filippone représentant Sant’Angelo, Sant’Elia, Sant’Eliseo et Sant’Alberto dans les niches.

La Madonna di Montesanto du XVIe siècle, une table attribuée à l’école d’ Antoniazzo Romano , est placée sur le maître-autel. L’église est tombée dans un mauvais état de conservation à la fin du XXe siècle avec des risques de démolition pendant quelques décennies. A la fin du XXe siècle une restauration exigeante est entreprise en fin de journée, achevée en 2016, année de sa réouverture.

Les Fontaines

Les célèbres fontaines de la Place du Popolo ne peuvent être considérées comme des œuvres uniques. Au lieu de cela, ils devraient être évalués comme des éléments d’une composition architecturale qui englobe l’esthétique et la créativité de la place dans son ensemble par rapport aux bâtiments environnants, sa forme, sa taille et son emplacement.

Cette magnifique élaboration est le résultat du projet créé par le célèbre architecte romain Giuseppe Valadier, qui a travaillé pendant de nombreuses décennies à Rome pour les commandes de certains papes.

Fontaine de l’Obélisque (ou des Lions)

Le pape Grégoire XIII Boncompagni fit construire la première fontaine par Giacomo Della Porta , mais, même si belle, elle fut jugée non proportionnée à la taille de la place par le pape Léon XII qui confia la tâche de la rénovation au chef du classicisme romain Giuseppe Valadier.

Adapter un style architectural moderne à un obélisque égyptien était quelque peu problématique. Autour de la base de l’obélisque, l’architecte avait une terrasse à cinq marches surélevées et de petites pyramides de sept marches ont été construites aux quatre coins de celle-ci.

Dans la partie supérieure de chaque pyramide, une lionne de style égyptien sculptée dans du marbre blanc de Carrare répand de l’eau en éventail dans des vasques rondes en travertin.

Fontaine de la Déesse Rome

C’est la fontaine située sur le côté est de la place près des jardins du Pincio. L’imposant groupe sculptural en marbre a été réalisé en 1823 par Giovanni Ceccarini sur la base d’un dessin de Valadier et représente la déesse Rome. Celui -ci , armé d’une lance et d’un casque, est flanqué de part et d’autre des statues des fleuves Tibre et Aniene et de la louve allaitant les jumeaux Romulus et Remus.

Sous l’ensemble sculptural une grande vanne coquille également en travertin recueille l’eau versée d’un petit bassin placé plus haut qui se déverse dans un grand bassin semi-circulaire en travertin.

Fontaine de Neptune

Dans l’hémicycle gauche de la place l’architecte Valadier fit construire le groupe monumental de la Fontaine de Neptune , en face de l’autre fontaine de la Déesse Rome . L’œuvre sculpturale a été créée en 1822-1823 par Giovanni Ceccarini, L’élément principal est représenté par une statue représentant Neptune armé d’un trident dans sa main droite.

Le seigneur des mers et des océans est accompagné de deux statues de tritons qui siègent aux pieds du souverain reposant sur les dauphins. L’élément qui complète la composition est une vasque à partir de laquelle l’eau de l’aqueduc de la Vergine s’écoule dans un grand bassin en forme de coquillage, situé dans la partie inférieure de la fontaine.

Porte du Peuple (Flaminia)

La Porte du Peuple, située sur le côté nord de la place, représente l’entrée de Place Flaminio et le début de la Rue Flaminia, l’ancienne route consulaire romaine construite en 220 après JC où passaient les pèlerins venant de la Rue Francigena. Le nom original était Porta Flaminia mais il est officiellement connu sous le nom de Porta del Popolo.

Il fut commandé en 1562 par le pape Pie IV à Michel-Ange qui passa la tâche à l’architecte Nanni di Baccio Bigio qui l’acheva en trois ans de travaux, en 1565.

Les quatre colonnes de la façade extérieure proviennent de l’ancienne basilique Saint-Pierre et encadrent l’unique grande arche. Au-dessus de ce dernier se trouvent une pierre commémorative de la restauration et les armoiries papales, soutenues par deux cornes d’abondance.

Entre les deux paires de colonnes ont été insérées en 1638 les deux statues de St Pierre et St Paul , réalisées par le sculpteur Francesco Mochi . En 1887, en raison des impératifs de circulation, les deux arcades latérales sont ouvertes par l’architecte Mercandetti , démolissant les deux tours qui soutenaient la porte.

En 1655 à l’occasion de l’arrivée de la reine Christine de Suède,  le pape Alexandre VII Chigi décide de restaurer la façade intérieure, qu’il confie au célèbre sculpteur et architecte italien Gian Lorenzo Bernini .

Pour commémorer l’événement, une plaque avec le prestigieux écusson de la famille a été placée sur le grenier qui est encore visible aujourd’hui. L’inscription dit :

« FELICI FAUSTOQ (UE) ADMISSIONS ANNEE SUN MDCLV »

Trad : « Pour une entrée heureuse et propice, année 1655 »

La référence est à la visite de la reine Christine qui, à partir de ce moment, n’a plus jamais quitté Rome.

La place aujourd’hui

La place, avec ses 17 100 mètres carrés, est une zone piétonne depuis 1998.

Des deux côtés depuis le début du XXe siècle, il y a deux clubs célèbres, Il Bar Rosati et Caffè Canova , points de rencontre de tous les personnages du star system romain et national . La place est souvent utilisée pour de grands événements en plein air, tels que des concerts et des manifestations politiques.

En juillet 2020, le nouvel éclairage LED de la Place du Popolo a été inauguré, remplaçant le mauvais éclairage précédent.

Bar Rosati et Caffè Canova

Le Bar Rosati et le Caffè Canova ont toujours été les lieux de rencontre préférés des VIP , des stars du cinéma et du sport depuis les années 1960. Dans un cadre raffiné, les deux structures proposent le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner accompagnés d’un large choix de douceurs et de pâtisseries.

Les rues commerçantes

Les trois rues commerçantes importantes et célèbres de Rome partent de la Place du Popolo :

Via del Babuino, qui mène à la Place d’Espagne . Rue prestigieuse, abritant des boutiques de luxe et peuplée de galeries d’art, de cafés et de restaurants.

La Via del Corso, qui relie la Place du Popolo à la Place Venezia , est le royaume du shopping pour tous les budgets. Rue pleine d’églises, de monuments, d’art, de culture et de bâtiments politiques. De cette rue, des ruelles et des rues pleines de boutiques pittoresques et intéressantes se ramifient.

Via di Ripetta , qui mène au mausolée d’Auguste , est au centre des principales initiatives culturelles et d’exposition pour l’achat d’œuvres d’art. Il abrite l’école d’art d’État « Via Ripetta 218 » mais offre également un riche choix de boutiques artisanales originales avec des produits alimentaires et viticoles typiques.

Comment aller là

Pour vous rendre dans le quartier de la Place du Peuple, vous pouvez utiliser : la
ligne A du métro de Rome avec les 2 stations voisines Flaminio et Spagna ( voir plan ).
De la gare Termini : Bus 490 et 495 ; depuis le centre-ville bus électrique 119 et bus 81.
Depuis l’aéroport de Fiumicino : Chemins de fer FL1 et FL3.

  1. The Place du Popolo in Rome, Ernest F. Lewis, 1914. Landscape architecture magazine

Place du Peuple: vos avis et vos commentaires

Avez-vous visité ce monument ? Que représente-t-il pour vous ? Quel conseil donneriez-vous à un touriste ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Visites guidées

Toutes les visites guidées